Fédérations et éthique du Samadeva

L'UES

L'UES (Union des Euphonistes du Samadeva) a pour vocation de regrouper les professionnels du Samadeva, tant en France qu’à l’étranger, diplômés de la LUS (Libre Université du Samadeva).

Ils sont :

  • Moniteurs ou Professeurs
    • en Yoga de Samara
    • en Lou Yong Tao Tö Qi
    • en Nadi Yoga selon Idris Lahore
  • Praticiens euphonistes énergéticiens
  • Pratiquants du Samadeva Energétique Ayurvédique
  • Pratiquant du Touchez Euphonique
  • Pratiquant du Reiki Tao Tö Qi

L'UES est garante de la liste des professionnels du Samadeva et dans ce cadre s’assure de la validité de leur accréditation par les supervisions.Chaque professionnel est en effet engagé dans une démarche de formation permanente et de supervision (voir code de déontologie). Les moniteurs, professeurs et praticiens euphonistes référencés par la FISAM suivent 4 jours de supervision chaque année.

L'UES fédère les professionnels pour favoriser le maintien de l’éthique et de l’état d’esprit des différentes méthodes du Samadeva vers l’extérieur et entre membres professionnels. A ce titre, elle est la dépositaire des codes d’éthiques pour les professionnels du Samadeva. Elle mène ses actions en partenariat avec la LUS (Libre Université du Samadeva).

L'UES est garante de l’éthique du Samadeva en lien avec Idris Lahore, source vivante de toutes nos méthodes. Idris Lahore a directement transmis à Ennea Tess Griffith (qui est à la fois son « bras droit » et la directrice des formations de la LUS) et à Emma Thyloch (plus particulièrement responsable de l’enseignement des techniques énergétiques du Samadeva), les pratiques psychocorporelles et les techniques énergétiques et systémiques qui font partie du programme de formation professionnelle des praticiens euphonistes énergéticiens de la Libre Université du Samadeva.

Nous tenons à remercier ici tous les formateurs de la LUS (dont vous trouverez les spécialités sur le site www.libre-universite-samadeva.com,  pour leur engagement dans ces méthodes et pour leur contribution à une meilleure euphonie de l’être humain dans sa vie de tous les jours.

La FPCFS

L’Institut Français de Constellations Familiales et Systémiques est devenu la FPCFS (Fédération de Psychogénéalogie et Constellations Familiales et Systémiques) afin de regrouper , dans un esprit d’ouverture et d’inclusion, non seulement les médiateurs et constellateurs formés par Idris Lahore dans son institut mais également les constellateurs certifiés d’autres écoles.

L'éthique

Les professionnels du Samadeva s’engagent à respecter un code de déontologie exigeant et bienveillant.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter ces codes de déontologie sur les sites de l'UES et de la FPCFS :

Vous en trouverez ici un extrait relatif à l’état d’esprit :
« Etat d’esprit :
Les enseignants sont toujours les serviteurs de ce qu’ils enseignent et aussi les serviteurs des élèves. Plus on applique la technique de base, moins on y mêle ses propres traits négatifs (vanité, mensonge, avidité, peur, véhémence). L’enseignant veille à se mettre en retrait par rapport à la méthode et à respecter la méthodologie de base.
Les deux éléments de base de la méthode sont la mobilisation de l’attention et les effets non seulement corporels, mais également émotionnels et intellectuels.
Un des buts recherchés de nos méthodes est d’aider les élèves à atteindre une certaine forme de liberté : libération physique par rapport à leurs propres limitations (sens de l’équilibre par exemple, certaines tensions), libération émotionnelle et libération de leurs pensées limitantes.
Cela conduit à la libération de l’individualité véritable de chacun, par une pratique corporelle laissant l’élève libre d’expérimenter par lui- même, sans suggestion de la part de l’enseignant.
L’enseignement juste des méthodes psycho-corporelles du Samadeva nécessite de rester près des expressions originelles, de n’en dire ni trop ni trop peu. On enseigne des techniques du mouvement qui n’ont pas à être intellectualisées, il s’agit de laisser l’élève vivre le mouvement ; plus l’enseignant parle, plus il se mêle lui-même à la méthode ; moins il a de maîtrise, plus il a besoin de mots pour se rassurer lui-même ; plus il possède la technique, moins il a besoin d’intellectualiser. Plus il a de présence, moins il a besoin de parler. »

Publié dans federation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :